Les signes que vous êtes un mauvais partenaire d’entraînement au judo

Les mauvais partenaires au judo

En judo et dans presque tous les sports de combat, la majeure partie de l’entraînement se déroule avec un partenaire d’entraînement. C’est à quelqu’un d’autre de décider si vous allez faire une bonne séance de Randori au Dojo, ou un autre jour merdique où vous regrettez d’être venu en cours.

Dans les lignes suivantes, nous allons repérer les lumières sur certains des signes qui font de vous un mauvais partenaire d’entraînement, ce sont les choses que chaque judoka devrait considérer, peu importe depuis combien de temps il fait du judo ou à quel point il est discipliné.

Ne pas accepter les lancers

Une session Randori n’est pas un championnat du monde, et lorsque Sensei demande à s’entraîner en binôme pour un lancer qu’ils viennent d’expliquer, c’est aux deux partenaires d’essayer ce qu’ils viennent d’apprendre. Lorsque votre collègue prépare un lancer, vous devez l’aider à réaliser la configuration requise pour ce lancer, lorsqu’il essaie de tirer votre manche ou d’atteindre votre ceinture, vous devez permettre que cela se produise.

Voici comment vous pouvez éviter le problème de mauvais partenaire :

Vous devez également avoir vos techniques Ukemi, alors n’essayez pas de faire le pont ou d’échapper au lancer, suivez simplement cela et ils vous feront la même chose quand ce sera votre tour.

Tomber, tapoter trop tôt

À l’opposé de la première note lorsque vous refusez d’accepter le lancer, c’est une autre façon d’être un partenaire d’entraînement horrible, c’est-à-dire lorsque vous ne faites pas beaucoup d’efforts pour contrer le lancer de l’adversaire, et que vous tuez simplement le moment, faites semblant et lancez vous-même trop tôt ou tapotez trop tôt lorsqu’il s’agit d’une soumission.

N’oubliez pas qu’il s’agit de stimuler une véritable scène de lutte, cela commence par la moindre contre-force, puis vous commencez tous les deux à augmenter l’intensité de la force jusqu’à ce que vous vous approchiez de stimuler un combat de judo lorsque vous essayez quelqu’un qui essaie de vous jeter !

Trop jaloux, jamais solidaire

L’un des pires cauchemars que l’on puisse faire lors d’une séance d’essais libres (Randori) est de se retrouver avec un gars au cœur sombre et jaloux ! Bien sûr, il y a des différences entre les corps humains et la vitesse à laquelle ils apprennent, et certainement certains sont même doués si l’on peut dire.

Donc, si la force, l’agilité, la force de préhension ou la capacité d’apprendre plus vite n’est pas votre truc, il n’est pas nécessaire de mépriser ou de sous-estimer certaines de ces valeurs pour votre partenaire d’entraînement s’il en a une ! Si vous voyez un bon lancer, dites simplement à ce gars que c’était le meilleur Uchi Mata que vous ayez vu depuis un moment, ou qu’il a une prise puissante qui peut lui faire lancer des adversaires encore plus gros, peut-être qu’il passe de mauvais moments en dehors du Dojo, ou que quelqu’un essaie de les dissuader de cette discipline, votre petit complément peut avoir un effet important sur leur carrière !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.